Image
Compte Science & Vie
Votre abonnement vous permet d'accéder au Live et Replay de la chaîne.
Si vous avez déjà un compte :
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
 
 
 
 
Si vous n'en avez pas :
 
 
 
Entre 6 et 12 caractères
 
 
 
 
 
VOS PROGRAMMES CORPS & SANTE
Depuis le début de l'humanité, nous sommes 80 milliards à être nés de la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde.

Mais aujourd'hui, les progrès de la science changent radicalement la procréation.

Des milliers d'embryons sont conçus en laboratoire et sont sélectionnés pour détecter des traces éventuelles de maladies ou pour choisir le sexe de l'enfant.

Bientôt, nous pouvons de toute pièce créer des spermatozoïdes, des ovules et des utérus artificiels. Jusqu'où irons-nous ? Demain, sera-t-il possible de créer des bébés sur mesure ?
Ce documentaire traite d'un sujet extrêmement sérieux - l'amour, la conception, la grossesse - avec infiniment d'humour. La présentation jouissive du professeur Zayan de l'UCL n'y est certes pas étrangère.

Le gaillard serait Marseillais que cela ne nous étonnerait guère.

Il y a du Fernandel en lui. Tout commence, nous rappelle ce spécialiste de la biologie du comportement, par un échange de regards, une histoire de séduction.

Mais, contrairement aux idées reçues concernant le mâle conquérant, ce sont toujours les femmes qui sollicitent l'attention sexuelle des garçons. Pour parvenir à leurs fins, elles disposent d'une panoplie constituée de 52 gestes et mimiques.
Le gluten, une protéine naturellement présente dans le blé, provoque une intolérance alimentaire qui touche près de 1% de la population du monde occidental. Pourquoi l'industrie alimentaire en a-t-elle autant besoin ? Car le gluten, c'est surtout l'histoire de la mécanisation de notre boulangerie. En un siècle de sélection des blés, les agro-industriels ont mis au point des farines compatibles avec la production industrielle du pain, car cette protéine permet à la pâte de supporter le traitement infligé par les machines, la congélation, le calibrage. Devant l'intolérance qui se développe, naît un nouveau marché : celui des produits sans gluten.
Nanotechnologies. Le mot semble tout droit sorti d'un film de science-fiction.

Et pourtant, il s'agit d'un des axes de recherches les plus prometteurs aujourd'hui : la maîtrise de l'infiniment petit. Un monde où les objets sont un milliard de fois plus petits qu'un mètre, des centaines de fois plus fins qu'un globule rouge : maintenant, les dimensions se comptent en nanomètres.

Les microscopes de pointe nous ouvrent les portes de cet univers où la matière se présente sous un nouveau jour.


Les secrets de la longévité

Robert a 102 ans. Et pourtant, physiologiquement, il a moins du double de cet âge ! Champion de vélo et toujours aussi vif, il est un véritable phénomène pour les scientifiques qui se penchent sur son cas pour mieux comprendre les mécanismes de la cette incroyable vieillesse. La révolution de la longévité est en marche. En 2 siècles et demi l’espérance de vie n’a cessé de progresser au point que nous gagnons chaque année 3 mois de vie en plus. En France, selon les projections statistiques, la moitié des enfants nés en 2007 seront centenaires. Vivre centenaire et en bonne santé est-ce vraiment un rêve à la portée tous? Existe-t-il une pilule miracle ? Jusqu’où pourra-t-on repousser les limites de la vie ? Pour déterminer les mécanismes du vieillissement, les scientifiques cherchent à pénétrer l’intimité de nos cellules..


Suivi de :


Immortels


Nous vivons de plus en plus vieux et nous continuons d'ailleurs à gagner en moyenne 6 heures d'espérance de vie chaque jour.

L'augmentation de la durée de vie va-t-elle continuer ainsi sans limite ? Nombreux sont les scientifiques qui considèrent que toute mort avant 120 ans est prématurée.

Les progrès médicaux nous permettront-t-ils demain d'atteindre sans aucune difficulté l'âge de 150 ans, voire plus ?

La science peut-elle repousser les limites du corps humain jusqu'à l'immortalité ? Cette course à la longévité ne soulève-t-elle pas des problèmes éthiques et démographiques ?









La tuberculose devait être éradiquée au début des années 80.
C'était, à une époque, la conviction de nombreux scientifiques et médecins.

En 2014 pourtant, 4 500 personnes en meurent encore chaque jour dans le monde.
Car, en plus d'avoir été amplifiée par l'épidémie de sida, la tuberculose a changé de visage.
Le bacille responsable de l'infection a muté pour devenir plus contagieux, plus difficile à guérir et totalement insensible aux médicaments de base, utilisés depuis plus de 40 ans.