documentaire - Tout public - 2017 - France - 5 mins
Résumé

Bonjour et bienvenu dans Sciencible la collection des belles images de la science. Accrochez vos ceintures… Je vous emmène dans l’œil d’un drôle de cyclone. Voyez ce tourbillon qui s’enroule ? Où sommes-nous ? Je ne vais pas vous le dire tout de suite… Prenons un peu d’altitude. En s’éloignant du vortex, on découvre la courbure d’un horizon. Mais sur quelle planète s’abat ce terrible cyclone coloré ? La Terre ? Non ! Les couleurs irisées ne sont pas celles de nos nuages. Elles rappellent plutôt celles d’une goutte d’essence dans une flaque d’eau, ou encore… celle d’une bulle de savon. C’est ça ! C’est une bulle et les différentes couleurs traduisent les différentes épaisseurs du filme ! Les chercheurs du CNRS ont eu l’idée d’utiliser les bulles pour pour modéliser le déplacement des nos vrais cyclones, trop compliqués à reproduire en laboratoire… Tout simplement parce que leurs courbures et leurs épaisseurs sont proportionnellement très comparables à celles de l’atmosphère terrestre. En chauffant la base de la bulle, en refroidissant le sommet. Hop ! Des courants de convection apparaissent dans le filme et forme les magnifiques tourbillons que vous voyez là. Un ouragan sur une bulle de savon… c’est plus utile qu’une tempête dans un verre d’eau !

Résumé par épisode
A qui selon vous appartient cette belle écharpe lumineuse ? Une dame du monde ? A moins que ça ne soit le tentacule d’une pieuvre phosphorescente vivant dans les abysses ? Pas du tout ! Permettez-moi de vous présenter le meilleur ami des biologistes : Caenorhabditis elegans. Élégant, ça c’est sûr ? Bon, en vrai il l’est nettement moins sans ses habits de lumière. Si ce ver terrestre d’un millimètre de long intéresse tant les chercheurs, c’est parce qu’il est d’une grande simplicité : les adultes sont constitués d’exactement 959 cellules, dont 302 neurones. Idéal pour étudier leur vieillissement ou leur système nerveux. Sur le premier, ce sont les cellules du système reproducteur - marquées en fluorescence bleue -, qui sont observées. Et sur cet embryon, la fluorescence permet de visualiser les cellules de l’épiderme. La place du noyau, en vert, est importante dans le bon fonctionnement d’une cellule. Chez l’homme, certaines myopathies sont dues par exemple à un mauvais positionnement de ce noyau. Grâce à ces images et à notre ver ne l’oublions pas, les chercheurs ont démontré qu’une protéine appelée amphiphysine jouait un rôle primordial dans le placement du noyau. Une piste de recherche lumineuse dans la lutte contre la maladie.

 

Rediffusion :
mercredi 26 février à 20:30
mercredi 26 février à 20:30
mercredi 26 février à 20:30